Apprendre à lire avec la méthode globale Decroly  


«L’enfant acquerra la technique par la méthode globale toujours dérivée de notre grand principe d’observation: l’enfant voit globalement (tout comme nous voyons globalement ce qui se présente nouvellement à nous), il reconnaît les objets et les êtres sans en reconnaître les parties, il dessine globalement, il lit globalement, il écrit globalement, il entend globalement, il chante globalement Il analysera plus tard, beaucoup plus tard, peu à peu, et, dans de nombreux domaines, il n’analysera jamais. » O.Decroly

   
Pourquoi cette méthode ?  

- Parce qu’elle tient compte de l’enfant avec ses tendances, ses besoins, ses possibilités, ses aspirations et son évolution.
- Parce qu’elle fait appel à la curiosité, au jugement, au raisonnement, à l’esprit d’observation, au gré de l’effort.
- Parce qu’elle est intimement liée à une vie de classe, vie faite :
- d’intérêts venus de l’extérieur et véhiculés par les enfants
- de propositions faites par le milieu scolaire
- de jeux, d’activités de toutes sortes également valorisées,
- de rapports affectifs.
- Parce qu’elle est une nécessité pour une classe qui veut maîtriser son devenir, reconnaître la parole des enfants, les faire vivre dans un milieu scolaire qui soit le leur et dans lequel ils soient réellement acteurs.
- Parce que contraire à toutes les mécanisations, elle ne mise pas sur des résultats à court terme, permet de prendre en compte les demandes individuelles les plus diverses, et laisse des initiatives au maître et aux enfants.

JE

D’où viennent les textes ?

Tous les textes, surtout dans un premier temps, sont l’expression de la vie de la classe : issus d’un vécu collectif, ils permettent à l’ensemble des enfants de s’y retrouver. Ainsi, le livre de la classe se fait jour après jour : il est l’histoire de son aventure.

Comment les choisir?

Réflexion d’un enfant faisant écho au niveau du groupe, fruit d’un moment d’entretien, d’un vécu quotidien, d’un temps d’observation ou d’une des multiples activités de la classe, le texte retenu est celui qui exprime le mieux l’ensemble des réactions du groupe classe face à un projet, à un événement, à la découverte d’un objet...
Ni trop long, ni trop complexe, sans intention plus ou moins déguisée de centrer sur un son particulier, respectant le plus possible le vocabulaire et l’expression même des enfants, il peut se réduire à une seule phrase, mais sera toujours porteur de ce qui a fait l’essentiel du vécu collectif :
.... on s’est étonné, on a touché, on s’est exclamé, on a fait des comparaisons justes, imprévisibles ou saugrenues, on a associé des souvenirs personnels, on s’est posé des questions d’utilité, de rapport...
…on n’a vu qu’un tout petit détail qui a éclipsé tout le reste, bref on a réagi globalement avec ses sens, ses émotions, sa réflexion.

Quel nombre de textes ?

Ce n’est pas le nombre qui importe mais la qualité de fixation de chaque texte.

Classe

Quelle démarche ?

Si les textes élaborés sont l’expression de la vie collective, l’apprentissage, lui, est une démarche individuelle.
Personne ne sait exactement comment un enfant s’apprend à lire mais ce que l’on sait, c’est qu’il peut le faire - ou ne pas le faire-dans des conditions -pénibles ou non- porteuses de tout un rapport au savoir.
La démarche d’appropriation de la lecture est longue, individuelle. Non linéaire, elle comporte des discontinuités, des moments d’accélération ou de calme plat.
Il est donc important d’écouter lire individuellement chaque enfant, de l’écouter vivre son apprentissage pour reconnaître sa démarche et l’accepter.

Il est aussi important de faire verbaliser toutes les stratégies lors de la découverte collective d’un nouveau texte :
Celui-ci se répète inlassablement les textes.... celui-là exprime toutes sortes de remarques sur eux... certains
les réinsèrent dans leurs activités.... d’autres demandent qu’on leur écrive des faits plus
personnels...l’un privilégie l’image des mots ... l’autre les sonorités...

Ainsi se fixent peu à peu des phrases, puis des mots chargés d’affectivité, de gourmandise, de souvenir, d’émotion...
Composer d’autres histoires à partir de celles qui ont servi à une première rencontre avec la lecture est un des temps forts de la découverte.

La méthode globale Decroly conduit bien sûr à l’analyse.

Mais ce n’est pas une pensée adulte mécaniste (globalité/analyse/synthèse) qui peut se substituer aux cheminements de chaque enfant. Il ne peut être question d’imposer à un groupe, ou à un enfant et à un moment précis, la décomposition en mots ou en syllabes.
Cependant, l’analyse seule ne peut suffire, car lire, c’est aussi lire du sens; savoir lire, c’est couvrir.

Comment le vivre ?

L’organisation de la classe doit permettre une grande souplesse dans le va et vient des temps collectifs et des temps individuels et offrir un milieu suffisamment bien pourvu pour laisser place à une certaine autonomie de l’enfant.
La lecture de fiches progressivement de plus en plus élaborées peut se faire librement, en solitaire, à deux ou par petits groupes.
On peut voir des enfants spectateurs d’autres qui lisent, savoir lire eux-mêmes au bout du compte : tout est possible, si l’enseignant repense sans arrêt tout ce qu’il peut offrir et sous bien des formes différentes.
Suivant les moments, l’organisation de la classe doit permettre aussi à certains enfants, de lire beaucoup dans une journée alors que d’autres liront peu : un enfant qui sent qu’il va maîtriser son apprentissage est très demandeur ! Il ne faut pas rater le coche !
Cette situation dans la classe sera toujours bien vécue si chaque enfant existe pleinement pour le maître, en tant que personne et non comme élève à juger.
Apprendre à lire demande de s’investir, de dépenser une énergie qui exige en contrepartie une libre expression de sa vie imaginaire : pouvoir dessiner, peindre, bricoler, jardiner... se raconter à travers tout autre support est une nécessité quand on a 6 ans et qu’on vient d’entrer dans le monde de la lecture.

 

-

 

En savoir plus

- L'enfant est acteur de ses apprentissages

- L'enfant est un individu à part entière

- Donner un espace de parole aux enfants et vivre ensemble

- Historique de l'école Decroly

- Qui était Ovide Decroly ?