Les classes vertes sont nées du désir d’explorer pendant plusieurs jours les ressources d’un lieu extérieur à l’école, comme cela se faisait déjà lors de sorties d’un seul jour.

La première classe verte a donc eu lieu à Villeron en 1966 avec une classe de CE2 et une classe de CM2.

MER

 

 

Depuis cette époque, la plupart des classes, de la maternelle à la troisième, partent chaque année. Ces séjours ne sont pas un entracte dans la vie d’une classe. On y pense longtemps à l’avance. Selon le type de séjour et l’âge des enfants, un travail préparatoire, plus ou moins dense, est effectué. Au retour, après ces moments privilégiés vécus en commun, une exploitation sera faite sous des formes diverses.
C’est pourquoi il nous paraît absolument nécessaire que le séjour d’une classe soit accepté par tous les parents concernés et que tous les enfants du groupe y participent.

Au cours du séjour, nous avons un autre rythme de vie :
Les moments d’activités scolaires, les moments d’activités libres, les moments de jeu, ne sont pas imposés par l’horaire ou le calendrier mais par les impératifs du lieu, de la météo.

Cette souplesse possible, la variété des activités qui s’offrent, la sécurité qu’offrent les lieux choisis, amènent l’enfant à avoir plus d’autonomie dans son travail ou dans ses diverses activités.


 

Les enfants découvrent un milieu nouveau, explorent des espaces inconnus, y observent la nature, la vie des animaux. Ils rencontrent les gens qui y vivent, qui y travaillent et qui sont souvent plus disponibles, car moins sollicités, que ceux de la région parisienne.


Ce peut être l’occasion d’un bain de langue, d’un bain de culture. Ce peut être également l’occasion de réaliser un projet qui nécessite une mobilisation sur plusieurs jours consécutifs.

    tipi